Nouvelles

Une entreprise canadienne abandonne le pipeline Keystone après une bataille de dix ans

Bloquée par le président américain Joe Biden, la société canadienne TC Energy a annoncé mercredi avoir officiellement mis fin au projet de pipeline Keystone XL, jetant l’éponge sur une initiative controversée à laquelle s’opposent les militants écologistes.

TC Energy se coordonnera avec les régulateurs, les groupes autochtones et les autres parties prenantes “pour respecter ses engagements environnementaux et réglementaires et assurer une fin et une sortie sûres du projet”, a déclaré la société dans un communiqué de presse, confirmant qu’elle avait informé le gouvernement de la province de l’Alberta. Biden a officiellement annulé un permis pour le pipeline, proposé pour la première fois en 2008, par décret le premier jour de son mandat en janvier 2021.Il avait juré pendant la campagne présidentielle de mettre fin au projet pour des raisons environnementales, un renversement de la position prise par son prédécesseur Donald Trump.Alors que le projet a longtemps été soutenu par le Canada, Keystone XL s’est heurté à l’opposition des écologistes et des groupes autochtones, qui ont organisé des rassemblements contre le pipeline à Washington, à Ottawa et dans les zones touchées au cours de la dernière décennie.L’oléoduc de 1 210 milles (1 947 kilomètres), à partir de 2023, devait transporter jusqu’à 830 000 barils de pétrole par jour des sables bitumineux de l’Alberta au Nebraska, puis via un système existant jusqu’aux raffineries de la côte du Texas. TC Energy a fait valoir qu’apporter autant de pétrole du Canada voisin, ami, réduirait la dépendance des États-Unis vis-à-vis du Moyen-Orient et du Venezuela jusqu’à 40 %.Le département d’État a estimé que le plan aurait créé 42 000 emplois temporaires au cours de la période de construction de deux ans, mais les opposants ont noté que seulement 35 emplois permanents seraient créés pour l’entretien du pipeline. Huile “sale”L’Environmental Protection Agency des États-Unis avait soulevé une objection au projet en vertu de la National Environmental Policy Act (NEPA), et l’ancien président Barack Obama a opposé son veto à l’approbation par le Congrès la proposition Keystone en 2015.Trump, cependant, a soutenu le gazoduc dans le cadre de la promotion d’une “nouvelle infrastructure brillante” et a tenté de relancer l’opération, mais a été contrecarré par des décisions de justice d’arrêter la construction en 2018 – avant d’approuver à nouveau un permis au début de 2020. Les sables bitumineux de l’Alberta sont considérés comme le pétrole le plus « sale » de la planète. Contrairement au brut traditionnel qui jaillit d’un puits, l’huile de sable bitumineux doit être extraite et essentiellement fondue avec de l’eau chaude fumante avant de pouvoir être raffinée. Il en résulte d’immenses lacs d’eau polluée et l’exploitation à ciel ouvert de millions d’acres de forêts boréales autrefois vierges.Les écologistes soutiennent que le pétrole des sables bitumineux contient un composant nocif et corrosif – le bitume – qui rend les ruptures ou les fuites de pipeline plus probables et comporte de plus grands risques pour la santé et la sécurité.TC Energy a fait valoir que les pipelines enterrés sont beaucoup plus sûrs pour le transport de pétrole que les navires ou les trains, mais les critiques ont noté que la partie existante du pipeline Keystone a développé une douzaine de fuites au cours de sa première année d’exploitation. Kendall Mackey, une militante du groupe militant @350, a déclaré que la disparition du projet était le signe avant-coureur de plus de victimes alors que les écologistes défient les combustibles fossiles. “La lutte pour arrêter Keystone XL n’a jamais porté sur un seul pipeline”, a déclaré Mackey dans un communiqué de presse. « Cette victoire met les pollueurs et leurs financiers en garde : mettez fin à vos projets de combustibles fossiles maintenant, ou un mouvement de masse implacable les arrêtera pour vous. » « Après plus de 10 ans, nous avons enfin vaincu un géant du pétrole et du gaz ! Keystone XL est MORT ! Nous dansons dans nos cœurs pour cette victoire ! le Réseau environnemental autochtone a tweeté mercredi.(AFP)

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button