Nouvelles

Le bloc ouest-africain La CEDEAO suspend le Mali de ses institutions après le coup d'État

Les dirigeants ouest-africains ont décidé dimanche lors d’un sommet extraordinaire de suspendre le Mali des organes de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) après un deuxième coup d’État en neuf mois par l’armée de ce pays pauvre du Sahel, mais n’ont pas réimposé les sanctions.

Le putsch avait déclenché des avertissements de nouvelles sanctions et de profondes inquiétudes quant à la stabilité dans la région volatile du Sahel.Dix chefs d’État régionaux et trois ministres des Affaires étrangères ont assisté au sommet dans la capitale ghanéenne Accra, avec l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan servant de médiateur dans la crise.”La suspension de CEDEAO prend effet immédiatement jusqu’à la date limite de fin février 2022, date à laquelle ils sont censés passer le relais à un gouvernement démocratiquement élu”, a déclaré la ministre ghanéenne des Affaires étrangères, Shirley. Ayorkor Botchwey a déclaré après la réunion. La déclaration finale appelait à la nomination immédiate d’un nouveau Premier ministre civil et à la formation d’un gouvernement « inclusif ».Le nouveau président du Mali le colonel Assimi Goita était arrivé samedi à Accra, la capitale ghanéenne, pour des entretiens préliminaires.Goita a dirigé les jeunes officiers de l’armée qui ont renversé le président élu du Mali Ibrahim Boubacar Keita en août dernier en raison d’une corruption présumée et de son incapacité à réprimer une insurrection djihadiste sanglante. Après la prise de pouvoir, l’armée a accepté de nommer des civils comme président et premier ministre par intérim sous la pression de la CEDEAO.Mais lundi, des soldats ont arrêté le président de la transition Bah Ndaw et le Premier ministre Moctar Ouane, les libérant jeudi tout en disant qu’ils avaient démissionné.Les deux arrestations ont déclenché un tollé diplomatique et marqué le deuxième coup d’État apparent au Mali en un an. La Cour constitutionnelle du Mali a achevé vendredi l’accession de Goita aux pleins pouvoirs en le nommant président de transition.La junte revenant sur son engagement antérieur envers les dirigeants politiques civils, des doutes ont été émis quant à ses autres engagements, notamment une promesse de tenir des élections au début de 2022. La junte a déclaré cette semaine qu’elle continuerait à respecter ce calendrier, mais a ajouté qu’il pourrait être sujet à changement. Cinq morts dans une nouvelle attaque

La CEDEAO a émis des sanctions contre le Mali après le coup d’État d’août avant de les lever lorsque le gouvernement de transition a été mis en place.Le bloc de 15 nations avait mis en garde contre la réimposition de sanctions contre le pays, tout comme les États-Unis et l’ancienne puissance coloniale France. Le leader français Emmanuel Macron a déclaré dans une interview au Journal du Dimanche publiée dimanche que Paris “ne pouvait pas rester aux côtés d’un pays où il n’y a plus de légitimité démocratique ni de transition”. Et il a averti que la France retirerait ses troupes du Mali si le pays se dirigeait vers l’islamisme radical sous la direction de Goita. La France a environ 5 100 soldats dans la région dans le cadre de son opération anti-jihadiste Barkhane, qui couvre cinq pays du Sahel – Burkina Faso, Tchad, Mali, Mauritanie et Niger. Dimanche également, soulignant l’instabilité chronique du Mali, des djihadistes présumés ont tué quatre civils et un officier de police dans le sud du Mali, une région qui a été jusqu’ici en grande partie épargnée par les troubles islamistes du pays, a déclaré un responsable de la sécurité sous couvert d’anonymat. Les hommes non identifiés ont attaqué un poste de contrôle près de la ville de Bougouni, à environ 100 kilomètres (60 miles) des frontières du Mali avec la Côte d’Ivoire et la Guinée, avant l’aube, a déclaré le responsable. Un législateur local a confirmé l’attaque.Le Mali fait partie des pays les plus pauvres du monde et les précédentes sanctions de la CEDEAO ont durement frappé.(AFP)

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button