Nouvelles

La France ouvre les vaccins Covid à tous les adultes en course contre les variantes

La France a ouvert lundi les vaccins Covid-19 à tous les adultes, une semaine avant l’Allemagne, alors que l’Europe se bat pour éviter une nouvelle vague d’infections causées par de nouvelles variantes du virus.

Jusqu’à présent, 25,4 millions de personnes ont reçu une première injection d’un vaccin, ce qui représente environ 38 % de la population et près d’un adulte sur deux.Jusqu’à présent, les personnes de plus de 50 ans, les travailleurs des professions particulièrement exposées au virus et les jeunes adultes ayant des problèmes de santé sous-jacents étaient prioritaires.Alors que le pays commence à peine à se remettre d’une troisième vague d’infections sévères, le gouvernement du président Emmanuel Macron souhaite étendre rapidement la couverture vaccinale pour ralentir la propagation de variantes qui pourraient signifier un nouveau désastre.Macron a annoncé lundi que lui et sa femme Brigitte avaient été vaccinés.

‘Bon moment’ pour ouvrir les jabs à tous les adultes
“Comme Brigitte et moi, comme 25 millions de Français l’ont déjà fait, faisons-nous vacciner ! Pour nous protéger, pour protéger nos proches”, a tweeté Macron, qui a contracté le Covid en décembre.La France et l’Allemagne ont imposé la semaine dernière de nouvelles restrictions aux voyages en provenance du Royaume-Uni, afin de freiner la propagation de la variante indienne, responsable d’une recrudescence de cas dans certaines parties de la Grande-Bretagne. Dans un coup dur pour le secteur du tourisme français, les Britanniques et les autres ressortissants de pays tiers voyageant du Royaume-Uni vers la France à partir de lundi doivent fournir une raison « impérieuse » pour entrer dans le pays. L’Allemagne a quant à elle imposé une quarantaine de deux semaines pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni.Réduction de l’hésitationAlors que les Français savourent un degré de liberté après la réouverture des cafés, restaurants et musées il y a deux semaines, les niveaux initialement élevés d’hésitation vaccinale ont commencé à s’estomper. Un sondage Cevipof réalisé début mai a montré que 65% des adultes prévoyaient de se faire vacciner, contre 48% en février.”Je suis pleinement convaincu que nous allons voir beaucoup de gens se faire vacciner”, a déclaré le professeur Alain Fischer, l’immunologiste qui dirige le conseil consultatif de vaccination du gouvernement. Le gouvernement espère que les 76,7 millions de vaccins qu’il s’attend à recevoir en juin l’aideront à répondre à la demande.Mais avec seulement environ 500 000 rendez-vous disponibles chaque jour, de nombreuses personnes sont obligées de se déplacer en dehors de leur ville ou même de leur région pour obtenir des clichés Pfizer ou Moderna très convoités.Les jabs AstraZeneca et Johnson & Johnson, qui ont eu du mal à trouver preneurs, ne sont ouverts qu’aux personnes de 55 ans, après l’apparition de rares cas de caillots sanguins mortels chez un très petit nombre de jeunes. ‘Été tranquille’?Après un démarrage initialement lent de sa campagne de vaccination en janvier, alors qu’il avait été critiqué comme l’un des retardataires de l’Europe, la France vise à combler l’écart avec ses voisins. La Grande-Bretagne, qui a mené la course au vaccin en Europe, a administré une première injection à plus de 39 millions de personnes et 25 millions ont reçu une deuxième dose. L’Allemagne, qui a également tardé à démarrer, a également intensifié sa campagne de vaccination ces dernières semaines. Plus de 49 millions de vaccins ont été administrés en Allemagne, et ce chiffre devrait augmenter rapidement lorsque les vaccins seront mis à la disposition de tous les Allemands âgés de 16 ans et plus à partir du 7 juin.La chancelière Angela Merkel a également déclaré que des vaccins seraient proposés aux enfants de plus de 12 ans En France, un troisième verrouillage d’un mois se terminant en avril est crédité d’avoir apprivoisé une troisième vague d’infections ce printemps qui a éclaté en partie en raison de la propagation de la variante britannique. Le nombre de patients Covid-19 en soins intensifs est tombé à moins de 3 000 ce week-end, le plus bas niveau depuis janvier.La situation a encouragé le gouvernement à rouvrir les cafés-terrasses et les restaurants après sept mois le 19 mai, ainsi que les musées, cinémas, théâtres et magasins non essentiels. La prochaine étape de l’assouplissement des restrictions aura lieu le 9 juin, lorsque les cafés et les restaurants seront autorisés à servir les clients à l’intérieur et un couvre-feu national de 21 heures est repoussé à 23 heures. “Si la baisse se poursuit d’ici le 9 juin… nous aurons un été calme”, ​​a déclaré Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur de Paris à l’hebdomadaire Journal du Dimanche.Jusqu’à présent, le coronavirus a fait 109 431 morts en France.(AFP)

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button