Nouvelles

Israël et l'Égypte discutent du renforcement de la fragile trêve du Hamas et de la reconstruction de Gaza

L’Egypte et Israël ont tenu dimanche des pourparlers de haut niveau dans les deux pays pour consolider une trêve fragile entre Israël et le groupe militant du Hamas et reconstruire la bande de Gaza après une guerre punitive de 11 jours qui a laissé des parties de l’enclave balnéaire en ruines.

Le ministre des Affaires étrangères égyptien Sameh Shukry a reçu au Caire son homologue israélien, Gabi Ashkenazi. La réunion fait partie d’un effort visant à s’appuyer sur un cessez-le-feu Israël-Hamas conclu le 21 mai et à relancer les négociations israélo-palestiniennes, qui sont en sommeil depuis plus d’une décennie, a déclaré le bureau de Shukry. L’Egypte n’a pas dit comment elle pourrait reprendre les pourparlers. Cette visite de plusieurs heures était la première visite publique d’un ministre israélien des Affaires étrangères en Égypte depuis 2008, selon l’ambassade d’Israël au Caire. Le porte-parole Ahmed Hafez a déclaré que Shukry avait appelé à établir une atmosphère pour relancer des négociations “sérieuses et constructives” entre les deux parties. Il a également exhorté les deux parties à s’abstenir de “toute mesure” qui pourrait entraver les efforts visant à relancer les pourparlers de paix. Ils ont également discuté de la libération des soldats et des citoyens israéliens détenus par le Hamas, a déclaré le plus haut diplomate israélien. « Nous devons tous agir pour empêcher le renforcement des éléments extrémistes qui menacent la stabilité régionale, et pour assurer le retour chez eux des personnes disparues et des prisonniers détenus par le Hamas », a déclaré Ashkenazi. Il a également critiqué l’Autorité palestinienne pour ses démarches auprès de la Cour pénale internationale et du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, affirmant que de telles activités compromettent les chances de coopération future. Ashkenazi a allégué que les plaintes palestiniennes pour crimes de guerre contre Israël – déposées pour sa conduite militaire depuis une guerre de 2014 avec le Hamas et la construction de colonies en cours – sont un obstacle au dialogue politique. La CPI enquête à la fois sur Israël et le Hamas pour d’éventuels crimes de guerre. Le Hamas fait l’objet d’une enquête pour tirs aléatoires de roquettes en direction des communautés israéliennes. Malgré les pourparlers sur le cessez-le-feu, le Hamas et le plus petit groupe militant Jihad islamique ont organisé des défilés d’armes dans une démonstration de force. Dimanche, des milliers de personnes ont assisté à un rassemblement du Hamas dans la ville de Beit Lahiya, au nord de Gaza, où des militants masqués ont déployé des roquettes, des lanceurs et des drones. Le Hamas détient les restes de deux soldats israéliens tués lors de la guerre de 2014. Il détient également deux civils israéliens qui ont été capturés après être entrés à Gaza. Dans le cadre des efforts de cessez-le-feu, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accueilli Abbas Kamel, chef du renseignement égyptien, à Jérusalem. Netanyahu a déclaré qu’il avait soulevé la question du retour des restes des soldats et des deux civils ainsi que les demandes israéliennes d’empêcher le Hamas de se renforcer ou de détourner des ressources destinées à la population civile. Un responsable égyptien a déclaré que Kamel rencontrerait également des responsables palestiniens en Cisjordanie avant de se rendre à Gaza pour des entretiens avec les dirigeants du Hamas. L’agence de renseignement, qui est l’équivalent égyptien de la CIA, s’occupe généralement des relations de l’Égypte avec le Hamas et d’autres groupes militants palestiniens à Gaza. L’agence de presse égyptienne MENA a déclaré que Kamel transmettrait un message d’el-Sissi au président palestinien Mahmoud Abbas, affirmant “le plein soutien de l’Egypte au peuple palestinien”. Il a déclaré que le Caire accueillerait des pourparlers entre les factions palestiniennes pour parvenir à l’unité entre ceux de Gaza et les zones occupées par Israël en Cisjordanie. Le rapport n’a pas fourni plus de détails. Lors d’une visite dans la région la semaine dernière, le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré qu’il cherchait à soutenir Abbas et à affaiblir le Hamas dans le cadre des efforts de cessez-le-feu. Le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza aux forces d’Abbas en 2007, laissant l’Autorité palestinienne internationalement reconnue en charge de l’administration des zones autonomes dans quelque 40 % de la Cisjordanie occupée par Israël. Le Hamas, qui refuse de reconnaître le droit d’Israël à exister, est qualifié de groupe terroriste par Israël, les États-Unis et d’autres pays occidentaux.Les discussions avec les responsables israéliens ont porté sur un ensemble de mesures qui permettraient l’entrée de matériaux, d’électricité et de carburant sur le territoire, ainsi que l’éventuelle extension de l’espace maritime autorisé pour les pêcheurs de Gaza, a déclaré le responsable égyptien. « Le rôle de l’Autorité palestinienne est central dans les pourparlers », a-t-il déclaré. « L’Égypte cherche à l’impliquer profondément dans le processus de reconstruction. » Le responsable égyptien, qui avait une connaissance approfondie des procédures qui ont conduit au cessez-le-feu, a parlé sous couvert d’anonymat car il n’était pas autorisé à informer les journalistes. La guerre de 11 jours a tué plus de 250 personnes, principalement des Palestiniens, et causé de lourdes destructions dans le territoire côtier appauvri. Les estimations préliminaires ont évalué les dommages à des centaines de millions de dollars. L’Egypte a joué un rôle clé dans la médiation d’un accord entre les deux parties. Le responsable a déclaré que l’Égypte a offert des garanties que les fonds de reconstruction ne parviendront pas au Hamas, en passant éventuellement par un comité international dirigé par l’Égypte ou les Nations Unies qui superviserait les dépenses. Kamel a également évoqué la situation à Jérusalem et les moyens d’apaiser les tensions dans la ville sainte. Cela inclurait des accords à la mosquée Al-Aqsa, où la police israélienne a affronté à plusieurs reprises des manifestants palestiniens, et comment empêcher l’expulsion prévue de familles palestiniennes du quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, a déclaré le responsable. L’Égypte a invité la semaine dernière Israël, le Hamas et l’Autorité palestinienne à des pourparlers séparés au Caire afin de consolider le cessez-le-feu négocié par le Caire et d’accélérer le processus de reconstruction à Gaza. Le chef du Hamas Ismail Haniyeh devrait se rendre au Caire cette semaine, selon le porte-parole du groupe Abdelatif al-Qanou, qui a également déclaré que le Hamas est ouvert à discuter d’un échange de prisonniers avec Israël. (AP)

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button